Besançon 2016 : les écrits

Besançon 2016 : les écrits

3 bonnes raisons de passer le concours de Besançon :

 

1. Une ville où il fait bon vivre ! Pour les deux journées que j’y ai passé (au moment du concours!), j’ai vraiment apprécié l’endroit, le cadre, les gens, les petites rues sympathiques. C’est une ville dynamique où vous vous plairez à coup sûr, une fois admis ! En plus de cela, l’association étudiante est super ! Ne serait-ce que pour l’accueil chaleureux des concurrents, les veilles et journées de concours par les étudiants : c’est prometteur pour la suite ;-)

 

2. Un concours qui arrive tôt dans l’année, à l’instar de Nantes, où vous serez nombreux à vous présenter. Mais comme le mentionnent les étudiants de Besançon, sur le site de leur association : « Il ne faut cependant pas oublier que parmi cette foule de candidats, nombreux sont ceux qui tentent l’examen dans le but de s’entraîner, sans y avoir été réellement et sérieusement préparés. En effet, des lycéens notamment, se présentent au concours afin d’avoir un aperçu du niveau demandé et des conditions de l’examen. Ne vous laissez donc pas impressionner par le nombre de candidats. »

 

3. À mon avis, ce concours est beaucoup plus abordable que Nantes. Les commentaires des admis sont très positifs, dans l’ensemble, au sujet des épreuves, bien que les annales ne soient pas disponibles. Ça vaut la peine d’y faire un tour ! Par ailleurs, d’un point de vue plus « statistique », il est intéressant de vous y inscrire, du fait du nombre important de candidats admis qui se désistent chaque année (ce qui augmente vos chances d’être rappelé, si vous ne faisiez pas partie de la liste principale).

 

Infos pratiques :

 

Pré-inscription : du 15 octobre 2015 au 05 novembre 2015 inclus

 

Où vous inscrire : http://com-extra.univ-fcomte.fr/CCO/candidature.php

 

Date des épreuves écrites : 17 décembre 2015

 

Particularités :

- Il n’existe pas d’annales du concours de Besançon ;

- Les épreuves durent généralement moins longtemps que les horaires affichés : la journée passe donc plus vite, et pour ceux qui arrivent de loin (quasiment tout le monde ;-), le retour à la maison est plus rapide !

 

Les épreuves :

 

Au programme de décembre (juste avant Noël, histoire de partir en vacances le cœur un peu plus léger… ou pas !), Besançon n’a pas dérogé à ses habitudes : même menu que l’année dernière, soit :

- Un premier groupe d’épreuves, qui consiste en un QCM de français (grammaire, orthographe, sémantique) et de culture générale. Bien qu’on vous retienne trois heures, selon les admis de 2015, le questionnaire comprend une soixantaine de questions, à compléter en une heure et quart à une heure et demie, environ ;

- Un deuxième groupe d’épreuves au mois d’avril (le 7), où l’on vous proposera une épreuve d’orthographe – grammaire (comprenez ici probablement un texte à corriger, où il faudra obtenir une note supérieure à 5/20 pour rester dans la course) et une épreuve d’expression écrite (soit très certainement un texte à résumer avec quelques particularités… détaillées ci-après).

 

Suite aux épreuves écrites, si votre candidature est retenue, vous serez convoqués à l’oral (sur lequel nous reviendrons plus tard dans l’année).

 

Pistes de révision :

 

QCM de français :

 

Les mots qui ressortent le plus souvent de la bouche des admis, concernant cette épreuve, sont les suivants : « basique », « classique ».

 

En d’autres termes, à Besançon, les épreuves de maîtrise de la langue sont comparables aux autres écoles : rien de bien différent de ce que vous faites déjà, dans vos révisions. Pas besoin de modifier vos habitudes : continuez à vous entraîner régulièrement, en grammaire, en orthographe et en vocabulaire.

 

Les admis attirent néanmoins votre attention sur les points suivants :

- Le genre des noms (se référer à l’article sur la préparation des écrits de Nantes, pour connaître les ressources permettant de cibler cet aspect dans vos révisions) ;

- Le vocabulaire : on vous suggère une fois de plus le livre de vocabulaire, édité par Vuibert ;

- Les règles de grammaire portant sur les mots « tout », « quoique », qui occasionnent souvent quelques doutes pour plusieurs ;

- Les expressions figées (sens et orthographe).

 

Notre conseil :

Préparez-vous en vous exerçant à l’aide des annales de maîtrise de la langue des autres villes dont vous disposez (grammaire, orthographe, vocabulaire), et améliorez vos résultats en insistant sur les règles que vous ne maîtrisez pas (après avoir analysé vos erreurs, lors de la correction).

 

Culture générale :

 

Selon les admis en 2015, une fois encore, l’épreuve de culture générale était relativement classique. En d’autres termes : assez semblable au contenu habituel de Besançon, selon les échos des étudiants, année après année, et sans trop de variations avec la culture g rencontrée ailleurs. Ici encore : en vous préparant aux concours en général, vous vous entraînez pour Besançon !

 

1. Les thèmes abordés portaient sur :

 

- La littérature ;

- La musique ;

- Les arts : la peinture et le cinéma, notamment ;

- Les prix.

 

Pour vous préparer à chacun de ces grands thèmes de culture g :

Recensez à travers les différentes époques les grands courants, les personnalités qui les ont marqués, et leurs œuvres les plus connues.

- Pensez à vous constituer des fiches par thèmes et à les relire souvent.

- Au fur et à mesure de vos entrainements aux QCM, vous remarquerez que certains artistes sont plus cités que les autres : repérez-les sur vos fiches et complétez celles-ci, lorsque vous découvrez un nouvel artiste ou une œuvre que vous ne connaissiez pas, au détour d’une question d’annales.

- Et surtout, revoyez vos fiches.

 

2. Besançon et sa région

 

Comme chaque année, les questions spécifiques à Besançon et à sa région ont été de mise : les candidats ont été interrogés sur des personnalités connues originaires du coin, des spécialités culinaires, des musées et autres faits historiques relatifs à la ville.

 

Pour vous y préparer, quoi de mieux qu’un tour sur Wikipédia ! Vous y trouverez un maximum d’informations vous permettant de faire le tour en quelques clics de :

- la géographie ;

- l’histoire ;

- la politique ;

- les événements culturels ;

- les sports ;

- la culture et le patrimoine (monuments, musées, cinéma, littérature, personnalités liées à la ville);

- et bien évidemment, la gastronomie de Besançon.

 

N’hésitez pas à compléter vos informations en étendant vos recherches à la Franche-Comté en général (section sur le patrimoine culturel, surtout), quoique l’article sur Besançon soit déjà plutôt bien fourni !

 

3. L'orthophonie

 

Chaque année, Besançon propose également à ses candidats des questions sur l’orthophonie. Vous documenter plus précisément sur le métier vous sera donc bien utile (pour cet écrit, mais aussi en prévision de vos oraux) !

 

Pour vous préparer, voici quelques possibilités, parmi tant d’autres, extraites du guide de préparation au concours :

 

1. Utilisez les ressources d’Internet

 

 - Un bon point de départ : les sites spécialisés dans l’orientation professionnelle ;

- Les sites des étudiants en orthophonie : le site de la Fédération Nationale des Étudiants en Orthophonie (FNEO) ou bien ceux des associations étudiantes des différents centres de formation en orthophonie en France ;

- Les sites web d’hébergement de vidéos ou les blogues d’orthophonistes qui décrivent leur métier ou des aspects et des réalités plus spécifiques de la profession.

 

2. Discutez avec des orthophonistes

Entrez en contact avec des orthophonistes près de chez vous. Listez et posez-leur les questions qui vous taraudent : Que fait l’orthophoniste ? Avec quels types de personnes travaille-t-il ? etc.

 

3. Lisez des livres, regardez des films

 

Lisez des témoignages de parents ou de patients en lien avec les troubles que l’orthophoniste rééduque.

 

[Extraits de "Je vais vous apprendre à être admis en orthophonie", p.13-14]

 

Quelques ouvrages à consulter :

 

- Concours Orthophoniste – épreuves orales, par Dominique Dumas, un livre qui consacre tout un chapitre à l’orthophonie et aux troubles que l’orthophoniste prend en charge (en plus de vous aider à préparer vos oraux).

- Bref, ils ont besoin d'un orthophoniste, par Gaëlle Pingault, un recueil de nouvelles écrit par une orthophoniste, pour plonger au cœur du métier.

 

4. Des maths ?

 

Pour finir, une petite nouveauté : quelques questions un peu plus mathématiques auraient fait leur apparition cette année, sans grande complexité pour autant (on aurait aperçu des racines carré !). Pas de panique : vos cours de collège et de lycée suffiront largement !

 

L’épreuve d’expression écrite

 

Jusqu’ici, cette épreuve a toujours consisté en un résumé de texte, dont les modalités sont assez particulières. La méthodologie de cette épreuve est détaillée en partie sur le blog et dans le guide du concours (p.216-223, dont un aperçu de la méthode ici).

 

Besançon se différencie de plusieurs aux autres villes, par le le fait que la contraction de texte se fait sans le support de ce dernier sous les yeux.

 

En d’autres termes :

- on vous distribue le texte et vous pouvez vous en imprégner durant une vingtaine de minutes (sans prendre aucune note),

- après quoi on vous le retire, et vous devez procéder de mémoire, en une quarantaine de minutes, et en 300 mots environs.

 

Sérieux challenge !

 

Selon les candidats de 2015, le texte était « plutôt simple à comprendre mais un peu long à mémoriser », ce qui demandait par conséquent une bonne concentration. Il était question en 2015 du « pouvoir de la musique sur les mots », selon le témoignage d’une étudiante admise.

 

Ce que les admis vous conseillent :

 

« Tâchez de retenir les idées principales de chaque paragraphe. »

 

« Il faut rester bien concentré tout le long, car aucune prise de notes n'est autorisée. Avant de rendre le texte, j'ai essayé d’élaborer mentalement un plan pour mieux retenir les idées essentielles, et lorsqu’on nous a retiré le document, je me suis répété mon plan en boucle pour ne pas être déconcentrée, et tout oublier (le temps d'attente était très long entre le moment où l'on a rendu le texte et le moment où l'on a reçu notre feuille de composition).»

 

Pour vous entraîner, choisissez des articles à résumer (dans des revues telles que Sciences Humaines), accordez-vous 20 minutes de lecture et retournez votre feuille. Donnez-vous une dizaine de minutes supplémentaires pour mémoriser le plan de votre résumé sans support, puis accordez-vous 40 minutes pour rédiger et corriger votre résumé.

 

Le texte à corriger :

 

Selon les admis, le texte à corriger était particulièrement long, au point qu’il valait mieux le parcourir assez rapidement, sans chercher à corriger toutes les fautes, mais à en éliminer un maximum :

 

« Je n'ai pu faire qu'une lecture où j'ai corrigé les erreurs qui me sautaient aux yeux. »

« Pour l'avoir vécu, je pense qu'il ne faut pas vouloir à tout prix trouver toutes les fautes car, de toute façon, nous n'en n'avons pas le temps. »

« Dictée recto-verso, et seulement dix minutes pour souligner ET corriger les fautes. J'ai eu le temps de la lire deux fois en la survolant, mais ça va très vite ! »

 

En conclusion : soyez rapide et passez à l’erreur suivante, si vous n’êtes pas sûr de vous !

 

Parmi le type d’erreurs possibles, les candidats ont rapporté des fautes au niveau de l’orthographe des mots tels que : « débonnaire, grumes, quote-part, nul autre pareil, Franche-Comté, épicéa, buis, vacherin, etc. », au niveau des accents, ainsi que des accords de verbes, lorsque le sujet est placé après.

 

Pour vous entraîner :

- connaissez bien vos règles et vos listes de mots-pièges en orthographe ;

- maîtrisez l’accord des verbes et des adjectifs

- vous trouverez des textes à corriger sur le blog de Roxane.

 

Dernières recommandations pour réussir :

 

Lors des années précédentes, les notes des épreuves d’expression écrite et de l’oral comptaient coefficient 2, en comparaison aux autres, seulement coefficient 1. Une fois de plus : c’est en rédaction et à l’oral que vous ferez une réelle différence. Ne négligez donc pas votre entraînement au résumé !

 

Liens utiles :

 

Le site de GEOD (l'association des étudiants en orthophonie de Besançon) et leur page Facebook, où vous trouverez des infos pratiques sur le concours et des contacts !

 

Bonne préparation à tous !

FLo 23/10/2015 19:27

Bonjour !
C'est une très bonne idée de tenter le concours durant ton année de terminale! Pour ma part, j'avais tenté Toulouse et Montpellier, l'année de mon bac, puis j'avais intégré une prépa à la rentrée suivante. Mais j'avais eu la bonne surprise d'aller jusqu'à l'oral à Montpellier! Alors, je te suggère de le tenter quand même, car il me semble plus accessible que d'autres concours aux lycéens! Pour ce qui est de Bordeaux, tu peux tenter, mais je le trouve très difficile, par contre. C'est moins pertinent, à mon avis, pour cette année. D'autant plus qu'il est assez facile de se procurer les annales de cette école. En dépensant moins, tu pourras aussi bien t'y essayer durant l'été!! A choisir une troisième ville, je m'inscrirais plutôt à Lyon, qui est un concours plus accessible aussi aux candidats sans prépa, parce qu'on y trouve des épreuves "surprise", qui mettent tout le monde au même niveau! En complément, je te conseille de te préparer au moins à l'épreuve de résumé, qui n'est pas un exercice auquel on nous habitue au lycée, mais qu'on rencontre à Toulouse, à Bordeaux et à Lyon. Si tu peux éviter une année de prépa après le bac, ça vaut la peine!! Bon courage!

anonyme 23/10/2015 15:13

Bonjour,
Je te remercie encore une fois de passer du temps pour nous donner des conseils, nous aider grâce à ton blog ! :)
Je voulais avoir un conseil. Je suis en Terminale et je voudrais tenter le concours d'orthophonie, mais je ne sais pas s'il faut que je le tente dans 3 villes (proches) différentes comme Toulouse en premier choix, Bordeaux et Montpellier pour avoir plus de chances. Ou ne le tenter qu'à Toulouse, en partant du principe "que je ne vais pas le réussir du premier coup" et puis faire une prépa l'année prochaine et en tenter plusieurs ? ...
Merci d'avance.
A bientôt.

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog