Le témoignage d'Élisa

Le témoignage d'Élisa

Élisa s'y est prise de bien des façons pour obtenir son concours et vous rapporte ici ce qui a fonctionné avec elle ! Voici un autre parcours intéressant qui pourra en rebooster plus d'un !

 

Son parcours

 

« Alors moi j'ai eu un parcours assez atypique, assez long et périlleux pour tout dire, mais j'ai enfin fini par décrocher une place après trois années de préparation!!! (Alléluia !)

 

Pour commencer, cela faisait plusieurs années que je voulais devenir orthophoniste, donc pour moi il était évident que je rentre en prépa directement après le bac (pour ma part c'était un bac ES).

 

Durant mon année de terminale, j'ai quand même passé le concours de Toulouse (car c'était le plus près de chez moi), juste pour me faire une idée sur le type d'épreuves, la difficulté, et aussi pour situer mon niveau à cette époque-là. Je pense que c'est une bonne chose, afin qu'on puisse se rendre compte de ce qui va nous attendre en prépa ! Car ce concours est très difficile et très sélectif... »

 

Première année : classe prépa

 

« La première année, j'ai donc intégré une école de prépa à Toulouse. Cette année-là, j'ai passé 6 concours et malheureusement, je n'en ai obtenu aucun... sans grande surprise. C'était une année assez difficile pour moi, ça me changeait du lycée et je pense m'être laissée submerger par la tonne de travail ! Je suis tout de même restée motivée (il le faut!). »

 

Deuxième année : fac + CNED puis prépa à la maison

 

« J'ai donc décidé de poursuivre la terrible aventure des concours, mais dans d'autres circonstances. Je me suis inscrite en fac de psycho, pensant que cela pouvait m'apporter un petit plus pour mes futures études. En parallèle, je continuais de me préparer au concours grâce à une prépa par correspondance, le CNED.

 

Malheureusement je n'ai pas su concilier les deux. Quoi qu'en pensent la majorité des gens, la fac demande un minimum d'investissement et de travail et j'avais alors l'impression de me consacrer de moins en moins à la préparation du concours... Alors le choix a été vite fait ! Mon but était de devenir orthophoniste et non psychologue ! J'ai arrêté la fac au bout de deux mois et je me suis consacrée uniquement au concours. Cette année-là aussi a été rude : je me suis préparée seule, sans professeur à qui poser les questions. Et puis, difficile de se motiver pour se lever tous les matins, alors je me suis forcée à garder le rythme de la prépa, je faisais du 9h – 17h et j'allais tous les jours à la B.U. Mais le travail a payé ! J'ai obtenu deux écrits (Limoges et Lyon). Seulement le plus dur restait à venir, car j'appréhendais énormément la deuxième étape : les oraux étaient ma hantise !

 

J'ai dû me préparer toute seule avec des annales de préparation à l'oral. Et l'erreur que j'ai commise (sûrement à cause du stress) a été d'apprendre par cœur mes réponses. Cela n'a pas dû plaire aux jurys car je n'ai obtenu aucun oral. Coup dur et grosse remise en question... Mais pour moi c'était impensable d'abandonner si près du but ! »

 

Troisième année : classe prépa

 

« Alors me voilà encore partie pour un tour. J'ai fait le choix de retourner en école prépa, pour être bien suivie et conseillée dans les matières pour lesquelles j'avais plus de difficultés afin de maximiser mes chances à l'écrit. J'ai redoublé d'efforts en me consacrant seulement à ce qui avait péché les années précédentes.

 

J'ai passé 10 concours et j'ai été admissible à Toulouse, Lyon, Montpellier et Bordeaux. Manque de bol, j'étais convoquée à Montpellier et Toulouse le même jour, et n'ayant pu décaler la date, j'ai dû faire un choix et renoncer à Toulouse. Je suis allée aux oraux dans un autre état d'esprit.

 

Cette fois-ci je voulais leur montrer qui j'étais réellement, les convaincre de me laisser intégrer leur école, et non me cacher derrière des réponses toutes faites : j'y suis allée naturelle. Après tout je savais pourquoi j'étais là, je n'avais pas fait trois ans pour rien !

 

Finalement ça a payé : après trois oraux, j'ai été admise à Montpellier et Bordeaux. »

 

Ses conseils aux futurs candidats

 

« D'abord, ne pas baisser les bras et rester motivé. Si c'est vraiment ce que l'on veut faire de notre vie, alors il faut s'en donner les moyens et persister. Ma préparation a été très longue et rude, mais je ne le regrette pas, car je peux enfin dire que je suis une future orthophoniste ! C'était mon but et j'y suis arrivée. Enfin, soyez naturels et faites-vous confiance ! Le jour de l'oral, montrez qui vous êtes, ne vous cachez pas derrière des réponses toutes faites, car le jury déteste les gens « formatés prépa ». Ils ne recherchent pas des gens parfaits : la preuve, je pensais avoir complètement loupé tous mes exercices, mais j'ai su me rattraper grâce à mes motivations, bref... ils attendent du naturel, du spontané et de l'honnêteté ! »

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog