Le témoignage de Manon

Le témoignage de Manon

Voici le témoignage de Manon, étudiante en médecine qui a abandonné la fac pour se consacrer à la préparation du concours. Après un an de préparation de façon autonome, Manon a intégré une classe prépa avant d’être reçue au concours. Elle est disponible, si vous souhaitez la contacter à l’adresse suivante.

 

Bonne lecture à tous !

 

Son parcours

 

Avant de préparer le concours d'orthophonie, j'étais en fac de médecine à Marseille (après avoir passé un bac S en 2014), et c'est là-bas que j'ai rencontré une étudiante en orthophonie qui m'a fait prendre conscience que je n'étais pas à ma place et que le métier d'orthophoniste est bien plus vaste que ce que j'avais pu imaginer !!

 

Première année : Préparation à la maison

 

J'ai donc décidé d'arrêter, et de préparer les concours seule. Ce n'est pas évident et si c'est votre cas, je vous conseille de faire autre chose à côté (pour ma part, j'ai passé mon code et mon permis en même temps cette année-là). En effet, on se sent vite seul, et il est très important de pouvoir voir d'autres personnes et de s'aérer un peu l'esprit !

 

Je n'ai passé que 2 concours cette première année, car je savais que je n'avais pas un niveau assez élevé (notamment pour les épreuves rédactionnelles où je n'avais aucun correcteur et étant donné que je n'avais que des livres pour me guider, c'est pourquoi les Prépas en ligne peuvent être vraiment utiles en complément des livres si vous décidez de ne pas faire de Prépa!) et je voulais juste voir comment le concours était fait ! J'ai donc passé Nice et Montpellier et j'ai été admissible à Montpellier à ma plus grande surprise. Mais la dictée et la synthèse ont eu ma peau !

 

Deuxième année : classe Prépa

 

La deuxième année, j'ai décidé de faire une prépa et de travailler en profondeur ce que je n'avais pas pu travailler seule. J'ai passé 9 concours que j'avais ciblés selon mes points forts et mes points faibles (ce qui est TRÈS important, car je pense qu'il est inutile de passer énormément de concours (ceci dit, neuf c'est déjà pas mal !) : mieux vaut privilégier la qualité que la quantité !

 

J'avais des bases en maths, puisque j'avais fait S mais mon point fort était plutôt les épreuves rédactionnelles où j'arrivais plus facilement à me démarquer que dans des QCM.

 

J'ai donc passé Besançon, Amiens, Lyon, Paris, Toulouse, Montpellier, Nice, Lille et Marseille. J'ai été admissible à Besançon, Lille, Toulouse et Nice mais je n'ai eu que Nice. En effet, il m'a fallu plusieurs oraux pour apprendre de mes erreurs, avoir plus confiance en moi et vraiment apprendre à me présenter de manière succincte et seulement avec les points principaux qui pouvaient me tirer du lot ! Nice était mon dernier oral et c'est là que ça a marché !

 

Ses méthodes de travail

 

Pour le côté un peu plus "scolaire", je conseille à ceux qui veulent faire une prépa de préparer des fiches de culture générale soit avant la rentrée, soit d'acheter des livres déjà faits, car vous n'aurez pas le temps de faire des recherches ! Personnellement, pendant mon année de prépa, j'ai utilisé les recherches que j'avais pu faire l'année précédente.

 

Sinon, si vous êtes comme moi et que vous avez une mémoire visuelle, je vous conseille d'apprendre le vocabulaire sur un dictionnaire et de compléter avec un dictionnaire des synonymes et/ou des difficultés. C'était ma technique pour réviser l'orthographe et le vocabulaire en même temps (les exercices d'orthographe ne m'aidaient pas beaucoup, car quand je vois un mot écrit, je le retiens tel quel et quand il y a des fautes à corriger c'est embêtant !).

 

Du coup dans les QCM si l'écriture du mot me choquait je savais qu'il était faux (et ça aide à aller plus vite !).

 

Pour ce qui est du dictionnaire des synonymes, ça m'a été très utile pour les rédactions et notamment les résumés (les correcteurs apprécient de voir que l'on a du vocabulaire), et bien sûr pour les QCM de vocabulaire (notamment à Paris!!)

 

Les livres qu’elle recommande

 

Enfin, si je devais donner 5 livres qui, pour moi, sont les plus utiles au concours :

 

- Le dictionnaire Le petit Robert (et l'application qui vaut 5 € qui vous permettra de retrouver les définitions des mots inconnus beaucoup plus rapidement, il y a aussi les synonymes, antonymes, homonymes, etc.)

 

- Le petit Grévisse (c'est la bible de la grammaire !)

- Le Vuibert vocabulaire (très utile pour s'entraîner et vérifier si le vocabulaire est acquis)

- Un livre de dictées (Vuibert, La force de l'orthographe, etc. peu importe)

- Un livre de culture générale qui rassemble toutes les connaissances basiques en histoire, géographie, musique, art, mythologie, etc.

 

Ses conseils aux futurs candidats

 

Si vous êtes fort en maths et bio, dirigez-vous plutôt vers des concours qui comportent des épreuves de maths et/ou de bio où vous pourrez faire la différence (Marseille, Poitiers, etc.).

 

Si au contraire vous êtes plutôt littéraire, choisissez des concours où il n'y a pas ou moins de maths (Nice, Lille, Besançon, etc.).

 

Il ne faut jamais désespérer et garder espoir jusqu'au bout, et croyez-moi je sais que ce n'est pas facile ! Après plusieurs échecs on se dit qu'il n'y a aucune raison pour qu'une autre école veuille de nous, mais il faut bien garder en tête que chaque oral est indépendant des autres et qu'il ne tient qu'à vous de changer les choses. Il faut apprendre de ses échecs et pour ma part c'est ce qui m'a permis d'avoir le concours !

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog