Le témoignage de Lea

Le témoignage de Lea

Voici le témoignage de Lea, qui a réussi son concours après deux années de prépa. Vous verrez comment elle a relevé le défi moral, financier et "académique" que représentait le concours dans ce super récit de son parcours. Voilà de quoi vous inspirer, encore, pour l'année à venir !

 

Son parcours

 

« J'ai passé un bac L, puis je me suis lancée dans une préparation aux concours sociaux. Mais suite à un stage, j'ai très rapidement vu que ça ne serait pas pour moi donc j'ai arrêté. Je ne savais pas du tout vers quel métier me tourner alors j'ai fait beaucoup de recherches. Du jour au lendemain, j'ai eu un déclic pour le métier d'orthophoniste et j'ai tout de suite su que c'était LE métier que je voulais faire ! L'euphorie est cependant redescendue en comprenant la difficulté du concours... Je me suis aussitôt inscrite à deux concours, les deux plus "proches" de chez moi (Nantes et Caen), pour que je sache vraiment à quoi m'attendre. Après ça, il restait à savoir comment j'allais m'y préparer... Et j'ai beaucoup réfléchi ! La solution de la classe prépa s'est finalement révélé la mieux pour moi : je n'avais aucune organisation de travail et je savais que je n'arriverais pas à me discipliner pour travailler. Quand je suis allée passer ces deux concours, j'ai discuté avec des étudiantes qui m'ont donné leurs avis sur les différentes prépas du Grand Ouest, puisque c'était mon secteur. J'ai aussi beaucoup fouiné sur Internet et sur les forums. Je me suis rendue à une porte ouverte et j’ai passé le même jour un entretien de sélection. Ca a confirmé mon envie d'y aller et j'ai été prise. Alors je me suis lancée ! »

 

Première année : classe prépa

 

« Au début de la première année je ne savais pas du tout comment m'organiser devant cette dose de travail, c'était un peu le cafouillage... Mais c'est venu au fur et à mesure, en discutant avec les autres et surtout avec les redoublantes de la classe ! Je relisais beaucoup chaque cours, je refaisais les exercices vus en classe et je reprenais surtout mes erreurs. Je travaillais quand je rentrais de cours, je faisais une pause d'1h le soir, puis je retravaillais jusqu'à 22h-22h30. Le week-end, j'essayais de dormir un peu. Le matin, je travaillais 3h et l'après midi, c'était assez variable. Je faisais souvent des petites pauses, parce que ma concentration est assez limitée... Ce qui pose un peu problème !

 

Cette première année a été assez difficile parce que les résultats n'étaient pas là, malgré le travail. Je n’avais aucune confiance en moi, parce que je comparais beaucoup mes notes à celles des autres (très mauvaise chose...) et je n'ai jamais voulu demandé mes classements (nous avions 1 concours blanc par semaine) par peur d'être tout au fond de la liste ! J'ai passé 10 concours (Lyon, Amiens, Nantes, Paris, Caen, Lille, Strasbourg, Nancy, Rouen, Limoges). J'ai surtout évité la bio et les maths trop compliquées. J'étais très impressionnée par tous les candidats, je me disais qu'ils étaient bien plus forts que moi et que je n'arriverais jamais à faire partie des meilleurs ! Les résultats sont tombés et je n’ai eu aucun concours, ce qui ne m’a pas étonnée.

 

Toutefois, j'ai eu de bons (voir très bons) classements à deux ou trois concours, à ma plus grande surprise ! Cela m'a rassurée et remise en confiance ! J'étais toutefois aussi un peu dépitée d'avoir échoué si près du but.

 

Il fallait maintenant que je sache ce j'allais faire. Mes parents voulaient que j'aille à la fac et préparer les concours en même temps, ils ne voulaient pas me voir une autre année en train de travailler comme une acharnée avec une tête de zombie (et une humeur massacrante) et la prépa (+ l'appart + les concours + le transport +...) c'est cher ! Mais j'étais déterminée, je voulais être orthophoniste et une deuxième année m'apporterait aussi beaucoup (surtout le petit point de plus qui me ferait accéder à l'admissibilité). Alors de juin à août j'ai travaillé, j'ai rassemblé toutes mes économies, je me suis "privée" de cadeaux à Noël : j'ai demandé uniquement de l'argent pour mes concours, et je suis repartie pour une deuxième année en finançant moi même la prépa, les concours et les transports pour m'y rendre. J'ai décidé de changer de prépa, je trouvais que c'était bien plus logique : revoir une deuxième fois exactement la même chose n'avait pas vraiment d'intérêt pour moi. »

 

Deuxième année : classe prépa

 

« Je suis entrée dans cette nouvelle prépa dans un état d'esprit totalement différent : je voulais coûte que coûte décrocher ce concours et j'allais arrêter d'avoir la trouille des autres et des notes ! L'année s'est déroulée de manière totalement différente : les profs avaient des méthodes de travail qui me correspondaient beaucoup mieux (ex : apprendre le vocabulaire sur des petites fiches avec le mot au recto et la définition au verso, idem pour la culture G, mais sous forme de questions), mes notes avaient été multipliées par deux et je regardais enfin mon classement qui a été constant toute l'année : j'en étais satisfaite.

 

Je me suis aussi mieux sentie dans cette prépa au niveau de l'ambiance, ce qui joue énormément. On travaillait très souvent par groupe, chez les unes et chez les autres, en utilisant ces fameux supports recto/verso. J’en ai de très bons souvenirs ! Cette fois, j'ai passé 8 concours : les mêmes que l'année d’avant, sans Amiens et Nancy : concours que j'ai détestés. J'avais vraiment hâte de commencer les concours, j'étais bien plus à l'aise que l'année précédente !

 

Mais j'avais toujours une problématique, et pas des moindres : je n'arrive pas à être efficace dans la précipitation. Pour chaque épreuve de QCM, il m'aurait fallu 15min de plus, presque à chaque concours... J'arrivais à terminer mais laborieusement. Il n'y a qu'un concours où le timing était plus adapté à moi, et où j'ai réussi à terminer avec un peu d'avance (exploit !) : Limoges. C'était mon seul espoir, j'étais sûre et certaine de ne pas avoir eu les autres. Les résultats se sont enchaînés et mes impressions étaient bonnes : je n'étais admissible nulle part. Le mois d'avril a été très long, les résultats de Limoges étant fin avril. Ç’a été très difficile ! Mais le 28 avril, ma délivrance est arrivée... J'étais admissible à Limoges ! Je n'en revenais pas, mes yeux ne décrochaient pas de mon nom sur la liste. Euphorie passée (pleurs, cris, appels...), petite prise de conscience : je suis classée à la 85ème place, 100 candidats sont admissibles, il y a 20 places, l'oral est dans 1 mois et demi. C'est parti, il faut se préparer à l'oral ! »

 

Préparation pour l’oral

 

« Heureusement, toute l'année on a eu des profs plus que géniales pour s'y préparer, j'ai donc repris tout ce qu'on avait fait depuis le début de l'année et j'ai fait le tour de toutes les questions fréquentes lors des oraux. J'ai beaucoup, beaucoup travaillé les exercices techniques.

 

Avec des copines on se retrouvait pour réviser, c'était vraiment bien pour se corriger, dire ce qui allait ou ce qui n'allait pas. Je me suis aussi filmée pour voir mes tics de langage etc. J'ai essayé au maximum d'anticiper les questions pièges qu'on pourrait me poser par rapport à mes motivations. J'ai aussi énormément travaillé ce que je voulais dire, sans apprendre par cœur pour autant : je ne voulais vraiment pas d'un discours récité.

 

Le jour J est arrivé, stress énorme ! Mais j'avais tellement travaillé cet oral que j'étais aussi rassurée. Les exercices techniques se sont très bien passés, puis j'ai eu deux questions : pourquoi vouloir être orthophoniste et quels sont les traits de caractère incompatibles avec la profession. Le jury était vraiment gentil, ça m'a beaucoup aidée pour me mettre en confiance ! L'oral est passé très vite, je suis restée environ 10min. J'étais contente en sortant : j'avais pu dire tout ce que je voulais et elles avaient eu l'air d'apprécier. Mais je n'étais que 85ème et il fallait remonter dans les 20 premiers... La journée a été très très longue et le soir même, les résultats étaient publiés : 10ème sur liste principale ! Incroyable ! Je pense que je ne réalise toujours pas ! J'espérais être au moins sur liste complémentaire... En fin de compte, beaucoup de candidats ne se sont pas présentés à l'oral donc ça m'a bien aidée !

 

Et petite cerise sur le gâteau : quelques jours plus tard, j'apprenais que j'étais admissible à Rouen, l'un des concours où il faut être extrêmement rapide... Un exploit ! Je ne me suis pas présentée à l'oral parce que mon choix numéro 1 était Limoges dans tous les cas. »

 

Les livres qu’elle conseille

 

« Pour les livres, je n'en ai pas utilisé plus que ca, puisque les contenus que j'ai eus dans mes deux prépas étaient déjà très complets. Mais avant chaque concours, j'aimais bien faire des exercices types de chaque ville (après avoir épluché en long en large et en travers chaque annales) et les Vuibert on été supers pour ca ! J'ai aussi beaucoup aimé les livres des éditions Ellipses. »

 

Ses conseils aux futurs candidats

 

« Si j'avais un conseil, ce serait bien évidemment d'y croire, de se faire confiance et de s'écouter pour aller au bout de ses envies coûte que coûte.

 

Le choix de la manière de se préparer est super important : si c'est une prépa, le choix est aussi très très important, je n'aurais sûrement pas réussi sans ces deux formidables prépas qui m'ont chacune beaucoup apporté !

 

Le choix des concours (matières, localisation, date...) est aussi super important !

 

Pour la manière de travailler, il faut essayer d'adapter les méthodes de travail à la manière dont on fonctionne (visuel, auditif, ludique...). La bonne méthode, c'est celle qui fonctionne !

 

Dernier conseil : il faut continuer à se faire plaisir de temps en temps (sortir, faire du shopping, aller boire un verre, faire du sport). Pour ma part, ç’a été plus que bénéfique sur mon moral qui est resté au top (presque) toute l'année ! »

FLo 04/09/2016 23:36

Merci beaucoup! Bon courage dans ta préparation!

Anonyme 28/08/2016 15:02

Bonjour,
Je voulais remercier en une fois les filles qui ont fait part de leurs témoignages, en précisant leur parcours et leurs façons de travailler, cela nous permet, en tant que personne voulant devenir orthophoniste, de comprendre la difficulté et savoir qu'on n'est pas les seuls à douter, à avoir peur, etc...
Je remercie également Flo, celle qui s'occupe de rassembler ces témoignages, de donner des informations et de la motivation à celles et ceux qui préparent les concours de fair tout ceci, c'est agréable de pouvoir trouver un site avec autant d'informations précises, de comprendre les difficultés, etc ...

Merci beaucoup.

Lola 20/08/2016 16:17

Bonjour,
Où avez vous suivi vos deux années? Et dans quelles prépas?
Pouvez vous les décrire un peu .Merci beaucoup

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog