Le témoignage de Sofia

Le témoignage de Sofia

Encore une bonne raison d'y croire, en lisant le témoignage de Sofia! Jeune étudiante qui a préparé le concours, de façon autonome, à l'aide d'une prépa en ligne, tout en allant à la fac et en ayant un petit job ! Ne baissez donc jamais les bras avant l'heure !

 

Son parcours

 

C’est durant mon année de terminale que j’ai décidé de me diriger vers l’orthophonie, après une longue hésitation avec le métier de psychologue. J’ai donc commencé à me renseigner sur le métier et la manière d’y accéder. J’ai décidé de passer deux concours (Nancy et Strasbourg, les plus proches de chez moi) pendant mon année de terminale, histoire de voir ce qui m’attendait. J’ai été très impressionnée par le nombre de candidats et la difficulté des concours, mais cela a été comme un petit coup de stress qui allait me pousser à beaucoup travailler l’année d’après.

 

Après mon bac ES, j’ai décidé de me diriger vers une première année de sciences du langage (qui m’a aidée pour certains concours comme Tours) et je me suis inscrite sur un site de prépa en ligne. J’ai choisi de ne pas faire de prépa « physique » car les prépas de ma ville n’avaient pas forcément bonne réputation et étaient coûteuses.

 

J’ai commencé ma préparation dès le mois d’août en faisant des annales des différents concours, en utilisant des livres dédiés à la préparation au concours et en cherchant à droite à gauche des exercices et des cours sur internet. J’ai commencé à faire des fiches personnelles en rassemblant des morceaux de leçons d’un peu partout que j’ai complétées et utilisées toute l’année. J’ai fait un planning sur toute l’année dans mon agenda en calant des exercices et des leçons à lire chaque jour (je n’ai pas tout à fait respecté mon programme, car ma façon de me préparer au concours a évolué au cours de l’année).

 

A la rentrée, j’ai donc jonglé entre les cours de la fac (environ 15h par semaine), un mini job étudiant (environ 3,5h par semaine) et ma préparation autonome au concours. J’ai décidé d’abandonner la culture générale et la biologie afin de mieux centrer mes révisions et j’ai donc choisi des concours qui n’en comportaient pas (sauf pour la biologie de Tours). J’ai passé 6 concours : Paris, Lille, Tours, Limoges, Nancy et Bordeaux.

 

Ses méthodes de travail

 

Vocabulaire :

J’ai commencé à établir un classeur de mots rangés par ordre alphabétique suivis par leur définition. Au fur et à mesure que je croisais des mots que je ne connaissais pas dans des exercices, des annales, des livres, en cours ou dans la vie de tous les jours, je les ajoutais (avec leur définition) dans mon classeur. Je les entrais ensuite sur un site/une application nommés « memoflash ». C’est un système de cartes numériques qui permettent de réviser des définitions sur son smartphone (pratique pour réviser dans les transports). J’essayais de réviser une lettre par jour mais plus je remplissais mon répertoire de mots, plus il devenait difficile de tenir ce rythme.

 

Techniques littéraires :

Dans le cadre de ma prépa en ligne, j’effectuais chaque semaine un concours blanc d’une ville type corrigé la semaine d’après par des formateurs. Les résumés et dissertations que je faisais m’étaient donc rendus annotés ce qui me permettait de voir mes points faibles et de tenter de les corriger. J’essayais de faire à peu près un résumé et une dissertation par semaine.

 

Dictées :

J’essayais de faire minimum 4 dictées par semaine (dictées de Bernard Pivot ou annales de concours). J’avais la chance d’avoir une mère et une sœur qui pouvaient me les dicter (<3). Cela m’aidait à remplir encore mon répertoire de vocabulaire avec des mots de plus en plus… bizarres.

 

Tests psychotechniques :

Je faisais des annales et des exercices. J’ai révisé les règles de bases de maths (j’ai dû réapprendre à poser une division, oui oui) et réappris quelques formules qui devaient s’être perdues dans un coin de ma tête depuis quelques années.

 

Orthographe :

Je répertoriais les fautes commises lors d’exercices ou de dictées dans un petit carnet que je relisais dans les transports en commun, histoire de ne plus refaire les mêmes erreurs.

 

Après 6 mois de dur labeur, les concours se sont enchaînés, la fatigue et le stress se sont accumulés, l’espoir s’est petit à petit échappé… J’étais dépitée après chaque concours, persuadée de ne pas avoir réussi. Puis… l’ombre s’est dissipée et les larmes de joie ont coulé quand j’ai su que j’étais admissible à Paris (juste avant l’écrit de Lille). Apprendre que j’allais à un oral m’a redonné du pep’s et je suis sortie satisfaite de l’écrit de Lille (c’était bien la seule fois). Au fur et à mesure du temps j’ai eu de plus en plus de bonnes surprises et j’ai finalement été admissible à 5 concours sur 6 (j’ai raté Nancy, celui que je voulais le plus grr).

 

L’oral :

Encore une fois, ma maman et ma sœur m’ont aidée à me préparer à l’oral en me faisant des exercices techniques type Paris. J’ai travaillé ma présentation, mon parcours et j’ai tout mis à l’écrit. Dans le cadre de ma prépa en ligne, j’ai eu droit à deux oraux via Skype par une psychologue, ce qui m’a aidée à cerner mes points faibles et à les corriger. Je n’ai pas beaucoup travaillé l’oral puisqu’on m’avait dit qu’il fallait avant tout être soi-même. Je n’ai sûrement pas assez travaillé les exercices techniques car j’ai totalement raté l’oral de Paris (pratiquement que des exercices techniques). J’ai également raté Bordeaux. Mais, j’ai été admise à Tours et à Lille.

 

Ses conseils aux futurs candidats

 

J’étais persuadée de n’avoir aucun concours cette année car les gens me faisaient comprendre que c’était difficile d’en avoir sans prépa, et aujourd’hui, j’écris ce témoignage depuis mon studio à Lille, la veille de ma rentrée en école d’orthophonie. Comme quoi « difficile » ne veut pas dire « impossible » ! Mon plus gros conseil serait donc : crois en toi, n’écoute pas les gens pessimistes et fonce : tout est possible. Il suffit de trouver la méthode de travail qui te correspond et de travailler suffisamment. Près de 800 personnes arrivent à entrer en école d’orthophonie chaque année alors pourquoi pas toi ?

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog