Le témoignage de Noémie

Le témoignage de Noémie

Nouveau témoignage de persévérance, en la personne de Noémie ! Après trois ans de préparation, Noémie a pu tester bien des rythmes de travail. Son courage a été récompensé, puisqu'elle étudie maintenant en première année d'orthophonie ! Bonne lecture à tous !

 

Son parcours

 

 

J'ai passé un bac ES, et c'est d'ailleurs durant mon année de terminale que l'idée d'orthophoniste est apparue et s'est forgée. À la sortie du lycée, j'ai fait une année en Sciences du langage en travaillant les concours avec le CNED, mais ce n'était absolument pas pour moi de travailler seule chez moi…

 

Par la suite, j'ai fait 3 ans de prépa : 1 an dans une prépa médiocre, puis 2 ans dans la même prépa (d'abord en primante, puis en tant que redoublante). J'ai passé environ 10 concours chaque année (Tours, Nantes, Besançon, Rouen, Amiens, Caen, Bordeaux, Lille, Paris).

 

L’organisation de sa préparation

 

En ce qui concerne ma façon de travailler, elle a été différente chaque année. La première année je n'étais pas assez à fond, je ne disais pas non à toutes les propositions de sorties etc.

 

La deuxième année, j'ai beaucoup travaillé, c'est-à-dire que je rentrais de cours, je me faisais une pause goûter et je me remettais au travail jusqu'à 23h/minuit.

 

La dernière année, en tant que redoublante, je n'avais cours que du lundi au mercredi, ce qui me permettait d'avoir un week-end assez long pour travailler et profiter de la vie extérieure !

 

J'organisais mes journées de travail à l'avance en fonction de ce que je voyais en cours, je faisais un planning avec un minimum de tâches à faire dans la journée, mais pas trop non plus, car si je voyais que je n'avais pas tout fait, je culpabilisais...

 

J'aimais beaucoup travailler en petit groupe (à 2 ou 3), car l’une peut comprendre ce que l'autre ne comprend pas, et puis ça me permettait de retenir certaines choses que je n'arrivais pas à retenir toute seule (grâce à leurs méthodes ou par le souvenir d'un fou rire dessus par exemple !).

 

N'étant pas très forte en maths, j'avoue avoir laissé un peu de côté cette matière tout le long de l'année, je ne m'y mettais à fond que lorsque je passais un concours où il était susceptible d'y en avoir et je révisais surtout les exercices types de ce concours.

 

Pour m'aider à mémoriser, comme je l'ai dit, le travail en groupe m'a beaucoup aidée. En vocabulaire, je me faisais des petites fiches par mot, en culture G, je faisais des fiches par thèmes (prix, politique, littérature, etc..) et je collais beaucoup de post-it dans mon appartement.

 

Au niveau de l'orthographe, je recopiais beaucoup les mots. Je m’étais constitué un cahier de listes (mots qui se terminent par…, mots qui commencent par…).

 

Je ne pourrais recommander de livres particuliers car les cours que j'avais en prépa étaient largement suffisants et complets pour y arriver.

 

Ses conseils aux candidats

 

Je ne suis pas du genre à donner des conseils, chacun étant comme il est, mais sachez que j'ai passé 3 longues années à ne pas perdre espoir en ce que je voulais faire et en ma capacité à y arriver. J'ai vécu, durant ma dernière année de prépa, de grosses épreuves personnelles, mais je n'ai pas baissé les bras, l'entrée en école étant un objectif pour tenir le coup.

 

Vous allez vivre des moments de déprime, de doute, de colère (je pense notamment aux résultats négatifs ou au concours 10x trop durs !), mais vous devez garder espoir, et surtout n'hésitez pas à parler avec des personnes qui sont dans l'école, ou même des orthophonistes, afin que vous puissiez vous rappeler pourquoi vous en êtes là en ce moment.

 

J'avais 3 amies en école d’orthophonie, durant ma dernière année de prépa, et les entendre aussi heureuses et me parler de choses concrètes, de cours intéressants, ça me motivait énormément !

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog