Le témoignage de Laurette

Le témoignage de Laurette

Laurette a 20 ans et vient de commencer sa  1ère année d'orthophonie à Paris ! Voici son parcours et ses conseils pour vous aider dans votre préparation et pour soutenir votre moral, à moins de deux semaines de vos premiers concours !

 

Son parcours

 

J'ai passé un bac scientifique en 2014, puis je me suis lancée dans la préparation au concours. J'ai fait 2 ans à Paris, à la prépa IGPEPM, que je recommande grandement. La première année, j'ai passé 10 concours (Besançon, Amiens, Lyon, Paris, Tours, Lille, Nantes, Rouen, Nancy et Poitiers), mais je n'ai été admissible nulle part. Une fois la déception passée, je suis repartie plus que motivée pour un 2ème tour de France.

 

La 2ème année, j'ai passé 9 concours (Nantes, Amiens, Lyon, Paris, Nancy, Poitiers, Clermont-Ferrand, Bordeaux et Lille) et j'ai été admissible à Nantes, Bordeaux, Nancy, Lyon et Paris.

 

L’organisation de sa préparation


Les deux années ont été très différentes, surtout au niveau de l’organisation. La 1ère année, c'était de l'apprentissage pur : toutes les règles de grammaire, les mots de vocabulaire, comment faire un résumé etc. La 2ème année, j'ai continué à apprendre (eh oui, c'est infini...), mais c'était beaucoup plus de la mise en pratique, des révisions etc.

 

Au début de l'année j'ai essayé de me faire un emploi du temps fixe, avec des plages horaires pour chaque matière dans la semaine. J'ai eu du mal à tenir cet emploi du temps, mais c'est bien de le faire quand même, pour se donner un cadre. J'avais cours en général en demi-journée, donc soit j'allais à la bibliothèque, soit je restais à la prépa pour travailler le reste du temps.

 

Ses méthodes de travail


Je travaillais énormément la grammaire, en faisant et refaisant des annales données par la prépa ou trouvées sur des blogs.

 
Pour le vocabulaire je m'étais fait, comme beaucoup de candidats, des petits papiers avec le mot d'un côté et sa définition de l'autre. Ça prend du temps mais c'est un moyen un peu ludique d'apprendre cette montagne de vocabulaire... Aussi, j'ai utilisé le Vuibert Vocabulaire. Il fait un peu peur au début, car son contenu est très dense. Mais il contient de nombreux exercices qui abordent le vocabulaire de différentes façons, ce qui permet de rendre l'apprentissage plus agréable.


Concernant l'orthographe, je faisais beaucoup beaucoup beaucoup (....) de dictées : 2 à 3 par jour. Les dictées de Pivot sont vraiment bien, car elles sont complètes et il y a des explications de vocabulaire et de grammaire après chacune. Faire des dictées avec ses amis de prépa est une bonne chose car la personne qui lit s'entraîne pour l'oral et il y a une vraie interaction. Aussi, pour les mots avec ou sans redoublements de consonnes (oui, on peut se le dire, c'est très très chiant !), j'écrivais des lignes et des lignes pour chaque mot difficile pour moi. Ça peut fonctionner.


Pour la culture générale, j'avoue que je ne la travaillais pas énormément. C'est très très vague et j'avais l'impression que mon travail était un peu inutile. J'assistais donc aux cours, je m'intéressais à l'actualité (qui est, pour les concours, très importante) et aux sujets que j'aimais bien.

 
Le français n'était pas mon point fort, j'avais donc décidé de ne pas passer les concours très littéraires comme Strasbourg. Je pense qu'il faut parfois savoir faire des "choix", des concessions, pour ne pas s'éparpiller et s'épuiser.


Concernant les tests psychotechniques, je pense qu'il faut les faire et les refaire. En effet, ils retombent assez souvent et c'est par un entraînement régulier que la logique rentre. Je ne les travaillais pas plus de 30min d'affilée car je saturais rapidement, mais je pense que c'est déjà bien si on en fait un peu tous les 2 jours.


Enfin, la bio. Ça a toujours été ma matière préférée, donc dès que j'avais du temps ou que j'en avais marre, je faisais de la bio. Si vous ne faites pas de concours avec de la bio, je vous conseille quand même de la travailler un minimum. Les concours sont de plus en plus scientifiques et ce serait trop bête d'être éliminé à cause d'une impasse complète sur la bio. En plus, les études d'orthophonie sont très très scientifiques et les cours de bio en prépa permettent de connaître au moins les bases pour la 1ère année.


Ses derniers conseils aux candidats


- Croire en soi :

« Les conditions essentielles pour réussir sont la patience et la certitude du succès ». Ce n'est pas évident, surtout lorsqu'on a reçu plusieurs réponses négatives auparavant, mais il faut se dire qu'on a sa place. Donc : TOI qui me lis, si tu es là, ce n'est pas pour rien ! Tu mérites ce concours, tu as travaillé pour, et tu l'auras ! Quand tu es assis à ta place avant le début des épreuves, concentre-toi sur tes capacités, et dis-toi « Celui-là, il est pour moi » ! C'est dans cet esprit qu'il faut aller aux concours.


- Travailler à plusieurs :

« La solidarité est la meilleure arme pour vaincre un obstacle ». Ça ne veut pas dire que tout le monde travaille la même chose, mais rien que le fait d'aller travailler à 2 ou 3 est motivant et stimulant. On se pose des questions, on est entouré, on sait qu'on est tous dans la même situation.

 

- Enfin, faire des pauses :

« Lorsqu'il n'y a plus que votre travail qui compte une partie de vous disparaît ». C'est vraiment important de garder une activité à côté, et de ne pas s'isoler. Bien sûr, il ne faut pas non plus faire la fête tous les samedis soir, mais voir des amis ou de la famille, ça fait du bien aussi. Et si vous sentez que vous saturez, arrêtez-vous. Un week-end à ne rien faire peut être très bénéfique pour la suite !


J'espère que mon témoignage vous aura aidé ! Chaque personne a sa propre méthode et chaque méthode est bonne si vous réussissez à vous l'approprier. Alors trouvez la vôtre et foncez ! Je vous souhaite plein de courage et de réussite. Ça vaut le coup !

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog