Lyon 2017: Préparez les écrits !

Lyon 2017: Préparez les écrits !

En 2017, c’est Lyon qui ouvrira le bal des concours ! À ce moment-là, les uns auront déjà exécuté leur première danse, à Besançon ou à Nantes, tandis que les autres rejoindront la farandole !

 

Bon, trêve de ballet. Il est possible que vous passiez en ce moment par un petit coup de déprime-blues-cafard. Difficile à expliquer, mais il semble que ce petit coup de moins bien soit commun à un grand nombre de candidats. Le fait de voir le temps filer à une vitesse hallucinante et de vous retrouver déjà à J-1 du concours, avec l’impression de ne rien savoir peut en démoraliser plus d’un !

 

Toutefois, prenez quelques grandes inspirations et ne vous laissez pas démonter ! Tout ira très bien le jour J ! Pensez à vous ménager lors de vos pauses, détendez-vous, voyez des amis, et ayez ceci en tête : « la déprime va passer, ce n’est rien j’ai suffisamment travaillé ! ».

 

J’insiste, car ce coup de blues effectivement passager atteint aussi bien les candidats appliqués qui travaillent sérieusement… que les candidats qui se la coulent douce ! (quoique, ceux qui se la coulent douce sont peut-être moins affectés par la chose !).

 

Conclusion : à l’approche de Lyon, ne tremblez pas et… mangez du lion ! (ok, celle-là, j’aurais pu la garder pour moi… !).

 

Infos pratiques :

 

Inscription : du 07 novembre 2016 au 14 décembre 2016

 

Où vous inscrire : sur ce site

 

Dates des épreuves :

 

- Admissibilité : 02 février 2017 (too late)

 

- Admission : du 11 mai et le 20 juin 2017

 

Les annales :

 

Toujours pas d’annales. Toutefois, des informations et des conseils utiles sur le concours sont communiqués chaque année par les étudiants en orthophonie de Lyon dans le petit recueil Œil de Larynx. Suivez-les sur Facebook, pour être tenu informé de sa parution !

 

Les épreuves :

 

Le contenu des épreuves n’est pas encore connu, pour l’heure, mais sera publié durant le « premier trimestre de l’année universitaire en cours », d’après le règlement du concours (espérons que cela sera fait avant les écrits!).

 

En attendant, vous pouvez toujours vous appuyer sur les modalités de l’année dernière, disponibles sur e-orthophonie, ainsi que sur le guide du concours (p.104-105).

 

On sait déjà qu’une chose va changer : le nombre de points attribués aux épreuves écrites. En effet, en 2016, 35 points étaient accordés aux QCM, 15 points à l’épreuve formelle de français et 30 points aux épreuves rédactionnelles, ce qui donne un total de 80 points pour les écrits. En revanche, dans les modalités de 2017, l’ensemble des épreuves écrites sera noté sur 50 points. Cela veut-il dire que :

- Des épreuves vont disparaître ?

- Les barèmes vont changer ?

- Le nombre de QCM va diminuer ?

Affaire à suivre dans les prochaines semaines ! Guettez la parution des modalités détaillées sur le site de l’université !

 

Pistes de révision :

 

L’épreuve de QCM

 

Les questions de culture G

 

Les candidats au concours de Lyon redoutent souvent l’épreuve de culture générale qui est, il faut bien l’admettre, on ne peut plus générale. En 2016, Lyon a fait référence à des sujets extrêmement actuels, tels que les événements autour de Charlie Hebdo. Des classiques des concours sont aussi sortis, comme la loi Veil (IVG), la loi Évin (tabac) et la loi Aubry (35 heures), où il fallait repérer les bonnes associations, entre la loi et son objet. De même, on vous interrogeait sur certaines places connues et la ville où elles se trouvent (ex. : la place du Capitole, à Toulouse). On a aussi vu des questions portant sur l’Histoire, autour des Guerres mondiales (ex. : l’Allemagne, après la Seconde Guerre mondiale). On a entraperçu un peu de bio avec des questions sur les neurones, la photosynthèse, la biodiversité, la nutrition (et notamment les vertus du chocolat !), mais aussi des questions portant sur l’hygiène (ex. : le nombre de lavages de mains recommandé par jour), les accidents domestiques, la consommation du gaz, etc. Généralement, il s’agissait de relever les propositions exactes. Toutefois, prenez le temps de bien lire les consignes, d’une question à l’autre, pour ne pas vous tromper dans ce que vous cochez !

 

Les questions portant sur la maîtrise de la langue

 

On vous proposait des expressions à expliquer, telles que : à cœur vaillant rien d'impossible, pendant que les chiens aboient la caravane passe, etc.

 

Les questions de logique verbale et tests psychotechniques

 

Les sempiternelles analogies étaient au menu ! Celles qui sonnent un peu come « POULE est à COQ ce que JUMENT est à… ».

 

Outre les analogies, on vous demandait d’identifier, parmi deux séries de mots, celui qui était commun aux deux. Par exemple, une série portait sur le thème de l’amusement, et l’autre sur le thème de flouer. Le mot commun aux deux séries était le verbe « distraire ».

 

Un texte à trous à compléter avec les mots qui convenaient le mieux parmi plusieurs propositions a également été proposé, ayant pour thème une nouvelle technique médicale.

 

Il y eu aussi des suites logiques de dominos, des triangles à compter à l’intérieur d’un plus gros, des petits problèmes logiques, tels que l’histoire bien connue de l’escargot :

 

« Un escargot cherche à atteindre le sommet d'un poteau de 12 mètres ; il monte de trois mètres chaque jour, mais redescend de deux mètres chaque nuit. Combien de temps lui faudra-t-il pour atteindre le haut du poteau ? »

 

Pour vous entraîner à ce type de questions et autres tests psychotechniques, vous trouverez plusieurs exercices intéressants sur :

http://www.mon-qi.com/ dans la section « Tests psychotechniques »

ainsi que sur http://www.qcm-de-culture-generale.com/qcm-categorie-26-IFSI.html

 

Dernières recommandations pour l’épreuve de QCM :

 

Je réitère mes conseils de 2016, à savoir :

 

Attention à ne pas perdre trop de temps sur une question, car l’épreuve est longue ! Même si l’on ne connaît pas encore le nombre de questions qui vous seront proposées, répondez tout de suite quand vous savez, passez lorsque vous ne savez pas, sans oublier :

 

- De sauter une ligne sur votre grille de réponse

 

- D’y revenir à la fin de l’épreuve, s’il vous reste du temps (il vaut mieux vous en réserver !), car c’est bien plus avantageux de cocher au hasard et gagner des points, que de laisser case blanche.

 

À ce propos, deux, ou même trois choses très importantes, à Lyon :

 

1. Lisez bien les consignes : a priori pour une même question, plusieurs réponses seront possibles (n’en oubliez pas!)

 

2. Lisez bien les consignes (bis) : a priori, Lyon n’enlève pas de points si vous vous trompez (d’où : profitez-en pour cocher !)

 

3. Jusqu’ici, Lyon tenait compte des Rectifications orthographiques de 1990, tel que spécifié dans le règlement des épreuves :

 

« Concernant les « Rectifications de l’orthographe » établies par le Conseil supérieur de la langue française (parues au Journal officiel du 6 Décembre 1990), nous suivons le positionnement de l’Académie française, ce qui signifie que nous acceptons à la fois l’orthographe d’avant 1990 et les modifications établies par le Conseil supérieur de la langue française. »

 

Ceci veut dire : soyez vigilants au moment de répondre, lors des questions portant sur l’orthographe : assurez-vous que vous n’avez pas jugé erronée une orthographe maintenant considérée comme correcte.

 

Il vous faudra vérifier néanmoins que la recommandation perdure, dans les modalités détaillées pour 2017, lorsqu’elles paraîtront !

 

La synthèse

 

En 2016, Lyon a de nouveau proposé une synthèse de documents aux candidats. Toujours le même principe : vous avez les textes sous les yeux pendant un certain temps. Vous pouvez les lire et prendre des notes au fur et à mesure. Par contre, après une trentaine de minutes, on vous enlève les documents et vous devez rédiger votre synthèse en 20 minutes. La longueur de votre synthèse est limitée par un nombre de lignes déjà tracées sur votre copie. On vous aide même à commencer, puisque le début du texte est déjà écrit sur la copie !

 

Voici le témoignage de Sonia, candidate au concours 2016, aujourd’hui étudiante à Paris :

 

« Il y avait une synthèse de documents, comme d'habitude, et on avait 30 minutes pour lire les documents puis 20 minutes pour rédiger. C'étaient des documents sur l'âge. Il y en avait un de Pierre Fournier (une « définition », dans laquelle l’auteur disait, en gros, que l'âge est un signe distinctif). Un autre de Christophe de Jaeger, dans lequel il expliquait les différences entre les âges (l'âge physiologique, l'âge biologique, l'âge chronologique). Une interview de Cécile Van de Velde qui expliquait que devenir adulte aujourd'hui n'avait plus la même signification qu'avant et dépendait beaucoup de la richesse du pays et des cultures. Enfin, un dernier du journaliste Emmanuel Lucas, document un peu fourre-tout, dans lequel il disait que plus que jamais, aujourd'hui, on avait envie d'être jeune, on avait peur d'être vieux et il distinguait également l'âge réel et l’âge ressenti. Personnellement, dans mon texte, j’ai fait ressortir la dominante sociale. »

 

L’épreuve formelle de français

 

En 2016, on vous a imposé un début de texte ainsi que quelques mots à placer dans votre courte rédaction.

 

Voici ce que Sonia vous en dit :


« Il fallait commencer son texte par "atterrés par sa laideur..." et placer les mots bruissement, hebdomadaire hanneton et étreinte. On devait également utiliser le mot "aussi", pour exprimer la conséquence et un verbe au passif. Le tout en douze malheureuses lignes. Le petit hanneton a donné du fil à retordre à tout le monde ! Moi j'ai inventé une espèce de fable de La Fontaine ! »

 

Le sujet d’invention

 

Ici, Sonia rapporte qu'on vous demandait d’imaginer la suite d’une conversation :

 

« Dans la dernière épreuve il s'agissait de deux filles qui discutaient. Léa lisait un livre et disait à Camille à quel point elle aimait lire, et que lire c'était ceci, c'était cela, etc. Et Camille lui répondait "moi je n'ai jamais aimé lire. Lire c'est...." et il fallait continuer sa phrase.


Moi, j’ai dit que le liseur était comme l'alcoolique qui essaye d'échapper à la réalité mais que celle-ci le rattrape toujours ! »

 

Liens utiles :

 

Le site des étudiants en orthophonie de Lyon, ainsi que leur page Facebook, où vous trouverez des infos pratiques sur le concours (dont des détails sur la parution de la revue Œil de Larynx)

 

L’article que j’ai publié l’an dernier sur les écrits du concours de Lyon.

 

Bonne préparation à tous !

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog