Le témoignage de Maryline - Admise à Besançon

Le témoignage de Maryline - Admise à Besançon

Maryline, 22 ans, a passé un bac aux Pays-Bas, avant de se lancer dans la préparation du concours, à son retour en France. Après trois ans de persévérance, Maryline a atteint son objectif et entre  en 1ère année à Besançon ! Elle vous partage ici son expérience !

 

Son parcours :

 

J’ai obtenu un Baccalauréat International (IB) en anglais aux Pays-Bas en 2013 (où j’ai vécu pendant 5 ans). Suite à cela, je suis revenue vivre en France afin de préparer les concours d’orthophonie. La première année, je me suis inscrite au CNED et j’ai passé 3 concours : Besançon, Lyon et Paris. Aucune admissibilité… difficile de se remettre dans le bain après 5 années en anglais et néerlandais.

 

J’ai persévéré en me disant chaque jour que je pouvais y arriver malgré la dureté du concours et le nombre d’admis dans chaque ville, chaque année. Je me suis inscrite à la licence Sciences du langage à Montpellier, qui combinait à la fois la licence et la préparation aux concours. En L1, j’ai à nouveau passé 3 concours : Besac, Lyon et Montpellier. Je me suis aidée des livres Vuibert. N’ayant eu encore aucune admissibilité et motivée comme jamais, j’ai recommencé les révisions dès le mois de juin. J’ai validé ma L2 tout en repassant ces concours avec l’aide des livres et du site QCM Plus. J’ai finalement été admissible à Besançon.

 

Je ne voulais pas m’éparpiller en passant 10 à 12 concours, j’étais motivée pour ces villes-là, c’est notamment ce qui a plu à mon jury le jour de mon oral à Besançon !

 

Ayant un baccalauréat étranger, j’ai dû obtenir une équivalence de bac qui coûte 70 euros, quasiment le prix d’un concours (80euros), sachant qu’il faut en plus ajouter le coût des trajets, les nuits d’hôtels (si nécessaire) ainsi que les rendez-vous médicaux : ORL, ophtalmo, médecin agrée ARS (150 euros). On arrive rapidement à plus de 500 euros pour un seul concours. C’est pour cela qu’il est utile de bien réfléchir avant de se lancer dans le tour de France des concours.

 

L’organisation de sa préparation :

 

Je me suis préparée seule, je n’allais que rarement en cours à la fac, et lorsque j’y allais, je prenais mon ordinateur pour réviser (j’avais toutes les annales, mes listes de vocabulaire, orthographe...). J’avais également plus de 1000 photos de cours/livres dans mon portable afin de réviser n’importe où, n’importe quand !

 

Je ciblais les matières pour lesquelles j’avais le plus de difficultés et je refaisais les annales/exercices. Je n’avais pas d’horaires fixes, je passais mes journées/nuits à réviser. Dès que j’avais du temps libre, je révisais, mon objectif étant de réussir les concours pour devenir orthophoniste. Pendant ma L1, je ne me suis pas accordée suffisamment de pauses, j’ai appris à me détendre et avec de meilleures connaissances en L2, je m’accordais des sorties.

 

Pour mémoriser  le vocabulaire, j’ai lu et relu le dico que j’avais réécrit moi-même, ainsi que des listes de mots. En ce qui concerne l’orthographe, je recopiais les mots les plus improbables pour mieux les retenir.

 

En culture g, je refaisais les annales, j’avais des fiches par thèmes et j’avais téléchargé une application pour m’entrainer à répondre le plus rapidement possible.

 

En parallèle, je m’entrainais un peu chaque semaine aux tests psychotechniques.

 

Les ressources qu’elle recommande :

 

Je me suis aidée de beaucoup de livres, dont TOTAL ORTHO, plusieurs livres Vuibert, Je vais vous apprendre à être admis en orthophonie, et je me suis également inscrite sur le site QCM Plus.

 

Ses conseils aux candidats :

 

Commencez à réviser le plus tôt possible, l’été si possible, car les premiers concours sont en décembre (Besançon, Nantes, Caen) ! Se renseigner du mieux possible sur le contenu des concours afin de bien cibler les matières dans lesquelles on excelle.

 

Malgré la quantité de personnes présentes le jour du concours (2000 voire 2500 personnes), tenter au mieux de ne pas se préoccuper de la foule (je ne regardais même plus autour de moi à la fin), et surtout CROYEZ EN VOUS jusqu’au bout !! C’est un concours difficile mais avec de la persévérance et des efforts, c’est possible !! Ne perdez pas espoir, dites-vous que cette année c’est la bonne !

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog