Lille 2011: le témoignage de Marion

Lille 2011: le témoignage de Marion

Merci à Marion, qui a pris le temps de vous écrire son témoignage, après avoir tout récemment réussi le concours de Lille. Prenez le temps de le lire: vous verrez qu'on peut réussir un concours, sans forcément passer par une classe prépa.  J'ai surligné quelques passages dans ce qu'elle a écrit qui me paraissent incontournables. Ne les négligez pas!

 

Vous pouvez également la contacter, si vous voulez d'autres infos sur Lille et son vécu des concours.

 

Comment l'idée d'être orthophoniste a germé dans la tête de Marion:

 

Quand a commencé le sentier Ortho ? Difficile à dire, je me rappelle avoir fait mon entrée en seconde avec un énorme point d'interrogation sur la tête. Comme les bulles des personnages dans les BD. Mais bon sang je vais faire quoi de ma vie ? Alors que je nageais dans le potage je découvrais mon option théâtre de bac...
Tout le début d'année s'est basé sur le travail des textes, et là, la pensée de l'Ortho était déjà là, tripatouillant ma petite cervelle.
« Maman, tu connais pas un métier qui te fait être en contact avec des gens très différents, qui te met tout le temps en situation d'analyse comme j'aime être, qui tourne autour du langage ? »
« Professeur des Ecoles ? »
« Arrête j'ai dit gens différents ! Et puis moi j'adore étudier le langage. Puis je me vois pas enseigner... »
« Ben sinon dans le côté Paramédical t'as pas que les kinés, t'as les orthophonistes... »
« Les quoi ? »
« Mais si tu sais, la dame que tu allais voir quand t'avais un appareil dentaire »

Ok. Mais le sourire d'enfer en fer, ça remonte à loin.

 

Une clé pour réussir: passer à l'action!

 

Je prends le taureau par les cornes et vais observer une ortho en centre de rééducation. En ressortant de là , je comprends 2 choses :

1) Les compétences de cette profession vont bien au delà de la rééducation du dyslexique.

2) Je ne veux rien faire d'autre !


Je passe quelques concours en terminale, histoire « de voir » comment ça se passe. Ayant échoué, je réfléchis à ce qui se présente alors à moi le temps de me repréparer.

Prépa ? Trop cher et  le bachotage en classe, ça ne me convient pas.

BTS ? Non, merci.

Je choisis donc la fac d'anglais. Pendant 2 ans je me prépare à coups de Grévisse et d'annales, je corrige les copies de traduction de mes camarades, je travaille mon anglais oral (parfait pour se muscler la langue au passage), je lis le dictionnaire chaque soir et beaucoup de littérature classique (anglaise et française). J'écoute le jeu des 1000 euros sur France Inter et passe mes dimanches à jouer au Trivial Pursuit.

 

Ne pas se décourager!

 

Les places dans les classements avancent ou reculent, mais je n'ai toujours rien... Mais comme je suis têtue, en septembre, je décide de jouer ma dernière carte.


Le concours de Lille, pour la seconde fois.

 

C'est un concours que j'aime beaucoup, car étant déjà à l'aise en rédaction, c'était plus facile pour moi de marquer des points.

Déjà l'entrée dans le bâtiment donne envie de s'enfuir en courant. Nous sommes nombreuses, c'est vrai alors on se sent rapidement abattu « pourquoi ça serait moi ? On est 1700... » mais il faut au contraire positiver « pourquoi pas moi ?»

 

Les épreuves écrites à Lille

 

On commence par le QCM orthographe grammaire vocabulaire. Rien de bien méchant pour qui s'est solidement préparé. Quelques mots ou expressions un peu ardus, pas mal de questions sur le genre des mots.


La dictée, ensuite, qui pose avant tout un souci de vitesse de lecture. Il ne faut pas hésiter à relire plusieurs fois TRES lentement (si on a le temps) pour être sûr de n'avoir omis aucun petit mot qui aurait été mal orthographié.

 

Ensuite le texte scientifique qui parlait de l'apprentissage du langage chez le nouveau-né. Très facile cette année, avec beaucoup de vocabulaire abordable.

Comme quoi la difficulté varie vraiment selon les années mais la lecture de magazines scientifiques reste un bon moyen de se préparer efficacement. J'apprendrai plus tard que la majorité des gens de la promo ont eu 20. Donc un texte relativement simple où on pouvait aisément se faire une bonne place.


Ensuite, la dernière épreuve, le texte littéraire. Ce dernier parlait de la disparition des Humanités dans l'enseignement au profit des matières scientifiques. En bonne littéraire qui se respecte , je me suis métamorphosée en militante pro-humanités. La tête pleine d'idées j'ai brandi mon crayon quand...
« Il vous reste 10 minutes ! » AAArrgh non ! J'ai jeté tout ce que je pouvais sur la feuille et ai tout rendu tel quel. Nous sortons tous, certains plus convaincus que d'autres, mais personnellement je veux oublier ce que je ressens comme un échec cuisant.

 

  L'oral de Lille n'est pas déteminant pour le classement!

 

Les semaines passent, et le verdict tombe. Je suis admissible. Après les sauts et les cris, je remonte donc dans le chnord pour aller passer l'oral. Cette fois j'y crois. Je suis stressée mais j'ai de l'espoir. Nous sommes 150, il n'y a que 120 places dans l'amphi. Arf.
C'est déjà rassurant de voir que finalement nous sommes peu nombreuses(-eux ! Pardon les garçons !) pour cette dernière épreuve.

 

Il y a deux entretiens : l'un avec un orthophoniste et un psychologue, l'autre avec un psychiatre.

 

Les Filles de l'ACEOL (l'assoc' étudiante des Orthos de Lille) ont installé un havre dans le couloir et passent gentiment entre nous avec des gâteaux et de quoi rafraîchir nos gorges sèches de stress. Je me vois déjà sanglée à la chaise avec en face de moi le jury lanceur de couteaux. AU SECOURS !


A peine mon morceau de cake avalé, je passe le premier entretien. Ambiance détendue, mes bourreaux sont deux dames souriantes. Je me présente, explique pourquoi Ortho, c'est pour moi le plus beau métier du monde. « Mais ça ne vous fait pas peur de partir loin ? » Naaaaaan ! « Quand on aime on ne compte pas ! »
Ensuite lecture de texte, répétition de phrases et de mots. Je sors de là un peu sonnée en étant persuadée d'avoir tout raté.

 

Deuxième entretien avec la psychiatre. Elle tient une feuille avec nos noms et des nombres à côté... « Alors vous êtes 74ème ! Félicitations vous êtes admise ! » Euh, pardon ?

 

Et oui, l'oral de Lille n'a pas de note en réalité. Seul le classement écrit compte. Donc sauf trouble majeur ou agression du Jury à coup de Vuibert, si on est déjà dans les 120 on est admis. Les 5 minutes restantes on les a passées à parler de la Bretagne et du Japon, c'est dire !
Je retourne vérifier la liste le lendemain matin, juste au cas où... Et je suis admise ! Quel bonheur de pouvoir enfin entrer les deux pieds dans l'orthophonie ! Et dans le Chnord ! :D

 

Les trucs, pour réussir

 

Je voudrais encourager toutes les personnes qui passent les concours: maintenez vos efforts! Ces concours sont certes très difficiles et très sélectifs mais pas impossibles !

 

Mais malgré tout je tiens à insister sur un point : ne vous rendez pas malade de préparation ! On a tous une vie à côté, et l'esprit aéré c'est toujours plus facile d'enregistrer !

 

Faites des sorties culturelles, relisez les classiques, écoutez des musiques variées, amusez vous avec cette langue qu'il faudra manipuler tous les jours (mots fléchés, petit bac...) et lorsque vous réussirez, vous aurez comme moi envie d'encourager tous ceux qui veulent faire ce métier formidable :) Orthophonie pour la vie !

 

Pour me préparer à l'écrit, j'ai utilisé :
« Tout le français au concours d'entrée Orthophonie » Benoît Priet
« 1000 questions pour préparer le concours d'Orthophonie » Christophe Voisin
« Dictionnaire portatif du Bachelier » Bruno Hongre
« Dictionnaire Des synonymes » Larousse
« Bled Grammaire Orthographe Vocabulaire »
« Bescherelle conjugaison française »

 

Pour l'oral , je recommande vivement les petits livres de Laurent Gaulet « Ar-Ti-Cu-Ler » (Kiki la cocotte, Macha la vache, Achille le chien, Sacha le chat).

Caroline 09/09/2013 14:41


Merci Marion et la créatrice de ce site de nous faire partager vos parcours et vos ressentis à propos de ce merveilleux métier. Vos témoignages me donnent encore plus d'envie et de motivation et
m'encouragent à poursuivre dans cette voie ! Un grand merci et bonne continuation à toutes !

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog